Un ange passe.. et les cloches sonnent (vice-versa)

Publié le par Lilian

 
La "joyeuse sainte Pâques" comme dirait Gwen-fille vient de s'achever et j'espère que vous avez tous passé un excellent week-end prolongé ensoleillé! Pour ma part, comme j'avais décidé de rester à la capitale pour raisons pécunières, le programme était à la farniente... et la recherche de bons plans! C'est donc la rubrique "bons plans du week-end" comme dans les magazines!
Vendredi, apéro tardif au Sancerre aux Abbesses : endroit sympa, serveurs adorables et consos pas chers (5,5 le cocktail!).
Dimanche, brunch anglais à Rose Bakery : à partir de 12 euros, mangez bio, mangez bien! Cheesescone, muffins aux myrilles, eggs and bacon, cafés bios, jus de fruits frais, carrot cakes... bref un délice! Puis promenade digestive à Montmartre, qu'on apprécie plus pour ses coins moins connus comme la rue avec le plus petit trottoir de Paris, le passe-muraille ou encore la place Dalida (!)
Lundi, bronzette à l'amphi de Saint-Eustache. Bon ça, c'est pas vraiment un bon plan, mais c'était tellement agréable... le soleil qui tape juste ce qu'il faut, les chiens qui pataugent dans les fontaines, les enfants qui se cassent la gueule en rollers...
 
Emploi du temps mis à part, je voulais vous raconter une anecdote de la soirée de ce dimanche de Pâques qui m'a fait littéralement passer pour une cloche en chocolat : j'étais de sortie avec des amis au Tango, la boîte la plus improbable de France. Pourquoi improbable? Je crois vous en avoir déjà parlé, ça ressemble à un vieux dancing à l'ancienne : banquettes sur les côtés, interdiction de boire sur la piste, musette en début de soirée et pop de Madonna à Joe Dassin... Et qu'y-a-t-il de plus improbable qu'une soirée normale au Tango, c'est bien sûr une soirée célibataires! Alors là on frôle l'univers perpendiculaire : la maîtresse de cérémonie est Madame Hervé (vêtue d'une robe en velours vert camouflage dotée d'un énorme coeur rouge sur ses faux seins) qui nous concocte des jeux dont le seul but est de former des couples. Le pire c'est que ça marche!
 
Dernier jeu censé être le jeu de la dernière chance : la danse du tapis. Le principe est simple pour ceux qui ne connaissent pas : on forme une énorme ronde et cinq-six personnes sont au centre avec un tapis (en l'occurence c'était un torchon ce soir-là... classe!!). Les personnes munies du tapis choisissent quelqu'un dans le ronde, les deux s'agenouillent, se font la bise ou plus si affinités! C'est drôle à faire, mais c'est vrai que vu de l'extérieur... ça craint un max! Mais bon le ridicule ne tue plus, surtout à quatre heures du matin... J'étais donc en pleine danse du tapis et je choisis un type au hasard, parce que c'est plus drôle comme ça... et là le mec me dit à l'oreille : "je suis content que tu me choisisses parce que quand tu me tenais la main tout à l'heure je n'en pouvais plus". Moi, à cent mille lieues de penser que c'était un appel évident à se rouler des grosses pelles, là, sur un torchon posé sur le plancher de la piste de danse, réponds "Ah oui?" suivi d'un rire idiot crispé et lui redonne le torchon.
 
Ma blonde-attitude continue en fin de soirée : ce même mec me chope près des vestiaires en fin de soirée et me demande "tu es seul?". Moi je réponds toujours aussi à la masse "Non je suis avec des amis"... avant de comprendre "et je suis tout seul, oui". Il me fait le sourire des beaux jours. Je lui dit "Et toi, c'est pareil, avec des amis, mais seul?". Pour unique réponse j'ai eu droit à une grosse soupe de langues. Alors forcément ça surprend et puis on se laisse faire parce qu'on est des êtres humains et surtout parce que le mec est canon et il embrasse bien... On se sépare et il me lance cash "Tu viens chez moi?"... Un ange passe ... Moi (tête consternée) : "Euh... ben, je connais même pas ton prénom!" (sous-entendu attends mon coco, ici on est au pays du madison, de la danse du tapis et de Robert Charlebois, on est pas dans une backroom!) et il ne se démonte pas, me donne son prénom, je donne le mien et il relance du tac-au-tac "Bon du coup tu viens chez moi?"... Un ange passe et s'écrase contre un mur "..............." Lui : "Ok c'est pas grave, t'inquiètes pas" et se casse!
 
L'histoire pourrait s'arrêter là ... et bien non! Je me retrouve avec mes amis à la sortie à attendre un autre ami qui récupérait sa veste et pas loin de nous se tenait le mec en question avec ses potes. Il lance des regards insistants, ses potes se questionnent tout fort en se demandant si "le p'tit jeune est pris" (donc la cloche en chocolat)... et puis mon ami sort et tout ce beau monde part dans des directions différentes. Trente secondes plus tard j'entends un sifflement derrière nous, un de mes amis me tape du coude et me dit "c'est l'autre là". Je me retourne, je le vois qui arrive en courant vers nous, je m'arrête et je dis "Oui?" l'air neutre, pensant qu'il a peut être changé d'avis et veut mon numéro de téléphone. Il répond alors une phrase magnifique "Ah non c'est pas toi que j'appelais, c'est ma copine là-bas!" et se tire en courant! ... Humiliation... Les cloches sonnent!
 
Voilà pour paraphraser un philosophe célèbre: on s'attend à rien du tout et on est quand même déçus, voire pire, humilié! Rassurez-vous je m'en suis remis et j'en rigole pas mal... Pour terminer, j'en parlais avec une amie au boulot et elle me répond un truc cru et pas faux sur le comportement de ce mec : "non mais franchement, c'est pas parce qu vous êtes des pédés que vous devez vous comporter comme des chiennes!"... A méditer :)

Publié dans Humeur du jour

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article